mataiva_map_1_

Mataiva est un atoll de l'archipel des Tuamotu, à 311km de Tahiti donc vous avez tous compris que nous avons pris l'avion pour s'y rendre. Cette île est longue de 8,5 km sur 3,5 de large. Son lagon très poissonneux est composé de 70 bassins et de 9 chenaux, Hoa dont son nom : l'île aux 9 yeux.

Elle est peuplée de 227 habitants qui ont pour activité principale la pêche mais aussi le coprah. Le coprah est la chair de la noix de coco séchée. Le coprah est ensuite mis dans des sacs pour être acheminé par bateau à la "ville", soit Papeete, pour être transformé à l'huilerie de Tahiti pour faire du monoi ou autres produits faits à base d'huile de coco.

Le sol de l'île renferme du phosphate en quantité astronomique d'où l'aspect trouble de son lagon. Depuis une dizaine d'année, il y a de nombreuses discussions autour d'une exploitation éventuelle de cette richesse, certains habitants sont d'accord mais la majorité s'y oppose farouchement, ils veulent préserver leur île et on comprend pourquoi.

MATAIVA_janvier_2011

Nous sommes accueillis et couronnés à l'aérodrome par Jules qui sera notre guide durant notre séjour.

Petit détour pour rentrer à la pension pour nous donner un petit aperçu de notre terre d'accueil puis nous sommes reçus par François, le propriétaire de la pension ARIIHEEVAI. Celui-ci nous indique notre faré puis repas à 18h et oui en Polynésie on mange tôt.

MATAIVA_janvier_20111

Nous nous installons rapidement et décidons d'aller faire un tour à pied pour découvrir les alentours. Petites poses photo puis l'heure du repas est déjà là.

MATAIVA_janvier_20113

MATAIVA_janvier_20114

MATAIVA_janvier_20115

François est excellent cuisinier. Nous profitons de la richesse du lagon : le poisson sous toutes ses formes, perroquet cru au lait de coco, beignet, sashimi.

P1080634

François nous explique, comme ce sera le cas tous les soirs, les activités du lendemain. Le couvre-feu est là rapidement, 19H30 tout le monde dans le faré.

MATAIVA_janvier_20112

Le lendemain, après le petit-déjeuner, c'est tressage des assiettes en palme de cocotier. Pas d'assiette, pas de ma'a donc on s'affère à notre tâche.

MATAIVA_janvier_20116

Puis direction le bateau pour se rendre au parc à poissons pour récupérer le repas de midi. Là, on est sûr, le poisson est frais. Teiva n'est pas très rassuré, et oui un poisson ça bouge ! Il me dira "maman je ne mange plus de poisson" mais que nenni.

Nous arrivons ensuite sur "notre" plage pour faire un peu de baignade et de PMT (palmes, masque, tuba) pendant que Jules et Maui préparent les poissons fraichement pêchés.

P1080688

Jules reste à préparer la suite du repas, et Maui nous reprend en bateau direction le MATAIVA PAPA, le Pito de l'île. C'est un bout de corail au centre du lagon et d'après eux " Si l'on visite l'atoll sans avoir mis le pied sur le pito, alors on n'a pas vu Mataiva ". Je n'ai donc pas besoin de vous dire que nous nous y sommes précipités et même  avons immortalisé le moment !!

MATAIVA_janvier_201110

Puis direction le motu TEAKU, l'île aux oiseaux, chaque île à son île aux oiseaux. Trois espèces sont présentes. Certains sont dans des nids, d'autres pondent par terre, alors attention où nous posons nos pieds car il y a des œufs partout et les oiseaux ne sont pas contents de notre présence ! C'est magnifique.

MATAIVA_janvier_20119

MATAIVA_janvier_20118

Retour sur notre QG, une aire de pic-nic paradisiaque. En route avec nos assiettes végétales pour un repas exquis. Nos petits doigts servent de couverts. Au menu, perroquet cru au lait de coco, pain coco fait sur place un vrai délice et toutes sortes de poissons grillés, en dessert c'est pastèque.

MATAIVA_janvier_20117

Après toute cette activité vous nous accorderez bien un moment de farniente !

P1080693

MATAIVA_janvier_201111

Le 2ème jour, Jules nous fait une présentation du coprah après le petit-déjeuner.

P1080768

Puis c'est parti pour la journée, cette fois en camionnette. Nous longeons l'île côté océan pour nous rendre au rocher de la tortue.

MATAIVA_janvier_201112

Une légende y est racontée : Si un nuage identique au rocher se forme, le temps va changer et les tortues remontent à la surface, c'est le moment pour les chasser ( heuuuu la chasse aux tortues est interdite). Puis il est temps de rejoindre Maui à notre point de chute habituel, la plage au barbecue ! Il a déjà fait tout le travail, le poisson est pêché, le riz est cuit et le poisson cru est dans le citron. Sur la route nous avons récupérer des grandes feuilles en guise d'assiettes. Et c'est reparti pour un barbecue sur Mataiva beach, un seul mot, Hummmmm ! La sieste est bien méritée. Profitons de l'après-midi pour marcher dans le lagon, admirer les différentes couleurs des bénitiers, faire des châteaux de sable pour les enfants.

MATAIVA_janvier_201113

Encore des photos, puis des photos pour prendre avec nous un peu de ce petit coin de paradis. Au retour, nous trainaillons sur une plage de corail côté océan pour ramasser des coquillages, les garçons sont ravis, il y a plein de bernard-l'hermite. Après tout ça la douche est obligatoire même si elle est froide et l'eau saumâtre, et oui ça aussi ça fait partie de la vie sur un petit atoll.

Ne nous attardons pas car Julie, Tita et Priscilla, les filles de la pension, nous attendent pour la confection de colliers de coquillages.

P1080806

Les garçons ? Eux c'est Hinano, baby-foot et billards avec les p'tits loups. Le repas arrive à grand pas et François sonne "tama'a, tama'a" vite à table !!

3ème jour, dernier jour de promenade dans une île simple, où l’ambiance est bon enfant. Nous partons toujours en camionnette mais nous faisons un tour dans le sens inverse par rapport à la veille jusqu’à arriver sur une autre plage de corail, j’avoue je ne sais pas trop où car c’est petit mais tout se ressemble un peu.

Là Jules nous montre l’épave d’un bateau en fer au milieu de la végétation, ils sont forts ceux qui l’ont mis là !!! mais nonnn en fait en 1906, ce voilier de fer s’est échoué sur le récif et en 1983 le cyclone qui toucha l’île jeta l’épave sur celle-ci et la découpa en 2.

Pour les habitants de Mataiva, c’est un bateau fantôme car ils n’ont jamais retrouvé de corps ! Selon Jules, il y aurait un trésor qui serait tombé dans les profondeurs au bord du récif mais personne n’est allé le chercher, à bon entendeur …

Nous, enfin lui, en profitons pour récupérer des énormes bernard-l’hermite de terre qui vont servir d’appât pour notre future pêche. Nous nous perdons dans la cocoteraie immense qu’est Mataiva pour se retrouver près de la barrière de corail où nous allons expérimenter nos talents de pêcheurs à pied, s’il vous plait !!

MATAIVA_janvier_201114

Nous voilà partis avec nos cannes à pêche locales, un bout de bambou, du fil nylon, un morceau de corail en guise de plomb et un crochet. Sous un temps assez maussade dirons nous, nous marchons sur le platier pour nous approcher de l’océan. La barrière, à cet endroit, présente des grosses fissures où l’océan s’engouffre généreusement.

IMG_0010

Les poissons virevoltent dans ces remous ainsi que des murènes que nous découvrirons prisonnières dans des trous de la barrière jusqu’à la prochaine vague. Et hop, on déroule notre canne après avoir mis un bernard-l’hermite en équilibre sur le crochet. Les poissons se disputent notre crochet, c’est extraordinaire, une vraie pêche miraculeuse. Teiva a trouvé ça un peu trop sportif, par contre Yoni et moi-même nous sommes éclatés jusqu’à plus avoir de bernard-l’hermite à leur mettre sous la dent ! Rassurez-vous nous les avons tous relâchés, sauf les bernard-l’hermite rummm….

rencontre avec un oursin crayon

MATAIVA_janvier_201115

Nous avons continuer sur le platier avec une récolte de Maua, sorte de gros, énorme, gigantesque bigorneau, amuse-gueule pour l’apéro du soir.

Pour le repas, aujourd’hui ce sera casse-croûte sur une plage digne de Robinson Crusoë.

Sur le retour Jules nous amène voir la piscine naturelle qui apparemment est sur le terrain de sa famille.

P1080828

Nous avons interdiction de nous baigner, les raisons sont assez floues, il parait qu’il y aurait un requin citron qui a réussi à y rentrer donc François ne veut pas que ses pensionnaires fassent trempette. Mais il ya aussi une querelle de famille, car François n’a plus accès à certains endroits depuis le 1 janvier, des jalousies il parait. On pencherait plutôt pour cette version !  Ce n’est pas bien grave.

De retour sur la pension, tout le monde s’active car ce soir c’est la bringue. Nous partons le lendemain donc c’est soirée barbecue, musique et danses. Nous sommes couronnés pour l’occasion.

MATAIVA_janvier_201116

C’est parti, l’apéro est servi, punch, Hinano, coca pour les enfants et pleins de gâteau apéro ainsi que les Maua. Teiva ne veut pas goûter, Yoni aime bien et nous aussi. Au repas c’est langoustes, brochettes de thazard, saucisses, merguez, bœuf (un vrai luxe sur un atoll) et frites !!! La fête bat son plein, les petits garçons de la famille viennent faire leur show, puis c’est au tour de Julie la fille cadette de François. Nous prendrons la suite avec Tita.

MATAIVA_janvier_201117

Place à la création d’une chorégraphie, pour les vahinés avec Tita et Jules s’occupent des tanés. Nous, les filles, sommes bien concentrées. On ne peut pas en dire autant des tanés qui, entre éclats de rire et bière, nous font un spectacle poilant. Jules m’apprend la valse tahitienne, à sa façon.

Puis le flot de bière aidant nous célébrons un mariage avec Jules pour pasteur de la confession de Ste Hinano !!!! Les jeunes mariés sont Anne-hélène et Rémi qui devaient se marier avant de venir pour 4 ans en Polynésie mais qui, du coup, l’avaient repoussé. C’est chose faite sur Mataiva, un mariage mémorable pour eux.

IMG_0048

La soirée touche à sa fin à minuit ( ouaouhhh là c’est une nuit blanche en Polynésie !!) avec de très bons moments d’échange, d’éclats de rire et de complicité avec les autres pensionnaires.

Olivier se lèvera 4h après pour partir avec François à la pêche à la traine mais le poisson n’était pas au rendez-vous. Il est temps de boucler les valises, de nettoyer le faré pour les filles car les nouveaux pensionnaires vont arrivés.

MATAIVA_janvier_201118

Nous sommes de nouveau couronnés avec de magnifiques couronnes de fleurs faites par Priscilla pendant que nous, nous faisions la bringue, merci à elle. Nous avons aussi de magnifiques colliers de Tiaré faits par Alphonsine (la femme de François et auxiliaire de santé de l’île). C’est avec un petit pincement au cœur que nous quittons cette équipe si chaleureuse, accueillante et tout quoi car ils sont vraiment super. Nous avions prévu une semaine sur place, mais il faut avouer que 4 jours suffisent car comme de nouveaux pensionnaires arrivent, ils refont les mêmes excursions que nous.

TUAMOTU_ARCHIPELAGO__MATAIVA_ATOLL__1_1_

Nana Mataiva, une île belle par son lagon mais aussi par la simplicité qu’il y règne grâce à ses habitants si accueillants, la Polynésie comme on l’aime. MAURUURU ROA

psitt maintenant prenez-en plein les yeux en allant voir l'album !